Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/506

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
488 Affinités mutuelles des êtres organisés.  

considérables qui comprennent ordinairement de nombreuses espèces dominantes, tendent à augmenter toujours davantage. J’ai essayé, en outre, de démontrer que les descendants variables de chaque espèce cherchant toujours à occuper le plus de places différentes qu’il leur est possible dans l’économie de la nature, cette concurrence incessante détermine une tendance constante à la divergence des caractères. La grande diversité des formes qui entrent en concurrence très vive, dans une région très restreinte, et certains faits d’acclimatation, viennent à l’appui de cette assertion.

J’ai cherché aussi à démontrer qu’il existe, chez les formes qui sont en voie d’augmenter en nombre et de diverger en caractères, une tendance constante à remplacer et à exterminer les formes plus anciennes, moins divergentes et moins parfaites. Je prie le lecteur de jeter un nouveau coup d’œil sur le tableau représentant l’action combinée de ces divers principes ; il verra qu’ils ont une conséquence inévitable, c’est que les descendants modifiés d’un ancêtre unique finissent par se séparer en groupes subordonnés à d’autres groupes. Chaque lettre de la ligne supérieure de la figure peut représenter un genre comprenant plusieurs espèces, et l’ensemble des genres de cette même ligne forme une classe ; tous descendent, en effet, d’un même ancêtre et doivent par conséquent posséder quelques caractères communs. Mais les trois genres groupés sur la gauche ont, d’après le même principe, beaucoup de caractères communs et forment une sous-famille distincte de celle comprenant les deux genres suivants, à droite, qui ont divergé d’un parent commun depuis la cinquième période généalogique. Ces cinq genres ont aussi beaucoup de caractères communs, mais pas assez pour former une sous-famille ; ils forment une famille distincte de celle qui renferme les trois genres placés plus à droite, lesquels ont divergé à une période encore plus ancienne. Tous les genres, descendus de A, forment un ordre distinct de celui qui comprend les genres descendus de I. Nous avons donc là un grand nombre d’espèces, descendant d’un ancêtre unique, groupées en genres ; ceux-ci en sous-familles, en familles et en ordres, le tout constituant une grande classe. C’est ainsi, selon moi, que s’explique ce grand fait de la subordination naturelle de tous les êtres organisés en groupes subor-