Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/68

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
50 de la variation à l’état de nature.  

ESPÈCES DOUTEUSES.

Les formes les plus importantes pour nous, sous bien des rapports, sont celles qui, tout en présentant, à un degré très prononcé, le caractère d’espèces, sont assez semblables à d’autres formes ou sont assez parfaitement reliées avec elles par des intermédiaires, pour que les naturalistes répugnent à les considérer comme des espèces distinctes. Nous avons toute raison de croire qu’un grand nombre de ces formes voisines et douteuses ont conservé leurs caractères de façon permanente pendant longtemps, pendant aussi longtemps même, autant que nous pouvons en juger, que les bonnes et vraies espèces. Dans la pratique, quand un naturaliste peut rattacher deux formes l’une à l’autre par des intermédiaires, il considère l’une comme une variété de l’autre ; il désigne la plus commune, mais parfois aussi la première décrite, comme l’espèce, et la seconde comme la variété. Il se présente quelquefois, cependant, des cas très difficiles, que je n’énumérerai pas ici, où il s’agit de décider si une forme doit être classée comme une variété d’une autre forme, même quand elles sont intimement reliées par des formes intermédiaires ; bien qu’on suppose d’ordinaire que ces formes intermédiaires ont une nature hybride, cela ne suffit pas toujours pour trancher la difficulté. Dans bien des cas, on regarde une forme comme une variété d’une autre forme, non pas parce qu’on a retrouvé les formes intermédiaires, mais parce que l’analogie qui existe entre elles fait supposer à l’observateur que ces intermédiaires existent aujourd’hui, ou qu’ils ont anciennement existé. Or, en agir ainsi, c’est ouvrir la porte au doute et aux conjectures.

Pour déterminer, par conséquent, si l’on doit classer une forme comme une espèce ou comme une variété, il semble que le seul guide à suivre soit l’opinion des naturalistes ayant un excellent jugement et une grande expérience ; mais, souvent, il devient nécessaire de décider à la majorité des voix, car il n’est guère de variétés bien connues et bien tranchées que des juges très compétents n’aient considérées comme telles, alors que d’autres juges tout aussi compétents les considèrent comme des espèces.

Il est certain tout au moins que les variétés ayant cette nature