Page:Daudet - Au bord des terrasses, 1906.djvu/68

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
58
AU BORD DES TERRASSES


Des rosiers en fleurs vous allez
Au chêne vêtu de feuillage,
Joyeux, vifs, rapides, ailés.
Ainsi que l’aube et le voyage ;

Et, soit que d’un arbre habitant.
D’une prairie ou d’un bocage,
On vous voie aise et voletant
Autour d’un nid, loin d’une cage,

Ou que venant de la hauteur.
Sous l’abri d’un toit faisant halte.
Vous soyez le petit chanteur
Dont la voix grandit et s’exalte.

Oiseaux, pinsons, chardonnerets,
Mésange bleue et familière.
Vous que l’hiver prend dans ses rets
Ou qui fuyez vers la lumière.