Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est une femme, monsieur le curé, que l’on charge de reconduire au pays les enfants des nourrices.

Elle les emporte à la hotte, dans un panier, comme de pauvres petits chats.

— Drôle de métier !

— Il y a des honnêtes gens pour le faire, monsieur le curé.


Image 28 - Chapitre IV


Mais la mère Maugendre était tombée sur une femme qu’on ne connaissait pas, une sorcière qui volait les enfants et les louait à d’autres fainéantes, pour les trimbaler dans la rue et faire pitié au monde.

— Qu’est-ce que vous me contez là, François ?

— La vérité toute pure, monsieur le curé.

Cette coquine de femme-là a enlevé un tas d’enfants, et le mioche de Maugendre avec les autres.

Elle l’a gardé jusqu’à quatre ans.