Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fenêtres étranglées, comme des soupiraux de prison d’où pendent des loques effilochées.


Image 10 - Chapitre V


Maintenant ils ont le pavé sous les pieds. Autour d’eux circule et bourdonne la cohue des débarcadères, presse de curieux, bousculade de gens chargés de colis, roulement des fiacres et des lourds omnibus du chemin de fer, que des voyageurs, chargés de couvertures serrées dans des courroies, prennent bruyamment d’assaut.


Image 11 - Chapitre V