Page:Daudet - La Belle-Nivernaise, 1886.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JARJAILLE
CHEZ LE BON DIEU


LÉGENDE PROVENÇALE
Imitée de Louis Roumieux


Jarjaille, un portefaix de Saint-Rémy, s’est laissé mourir un beau matin et le voilà tombant dans l’éternité… Roule que rouleras ! L’éternité est vaste, noire comme la poix, profonde et démesurée à faire peur. Jarjaille ne sait où aller : il erre dans la nuit, claquant des dents, tirant des brassées à l’aveuglette. À la fin, à la longue, il aperçoit une petite lumière là-haut, tout en haut. Il y va. C’était la porte du bon Dieu.

Jarjaille frappe : Pan ! pan !

— Qui est là ? crie saint Pierre.