Page:Daudet - Le Petit Chose, 1868.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ce soir-là, quand je le vis fermer à double tour la porte de notre chambre, cette idée de folie me revint dans la tête et j’eus un mouvement d’effroi ; mon pauvre Jacques ! lui, ne s’en aperçut pas, et prenant gravement une de mes mains dans les siennes :

« Daniel, me dit-il, je vais te confier quelque chose mais il faut me jurer que tu n’en parleras jamais. »

Je compris tout de suite que Jacques n’était pas fou.

Je répondis sans hésiter :

« Je te le jure, Jacques.

— Eh bien, tu ne sais pas ?… chut !… Je fais un poème, un grand poème.

— Un poème, Jacques ! Tu fais un poème, toi ! »

Pour toute réponse, Jacques tira de dessous sa veste un énorme cahier rouge qu’il avait cartonné lui-même, et en tête duquel il avait écrit de sa plus belle main :


RELIGION ! RELIGION !


Poëme en douze chants


Par EYSSETTE (Jacques)


C’était si grand que j’en eus comme un vertige.

Comprenez-vous cela ?… Jacques, mon frère Jacques, un enfant de treize ans, le Jacques des sanglots et des petits pots de colle, faisait : Religion ! Religion ! poëme en douze chants.

Et personne ne s’en doutait ! et on continuait à l’envoyer chez les marchands d’herbes avec un panier