Page:Daudet - Les Amoureuses, Charpentier, 1908.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Lorsque sur vos chauds oreillers,
En souriant vous sommeillez,
Près de vous, tout bas, ô merveille !
PrèsUne voix dit :
Près« Dors, beau petit ;
Près deJe veille. »

C’est la voix de l’ange gardien ;
Dormez, dormez, ne craignez rien ;
Rêvez, sous ses ailes de neige :
RêveLe beau jaloux
RêveVous berce et vous
Rêvez, Protège.

Enfants d’un jour, ô nouveau-nés,
Au paradis, d’où vous venez,
Un léger fil d’or vous rattache.
Un léÀ ce fil d’or
Un léTient l’âme encor
Un légeSans tache.