Page:Daudet - Les Amoureuses, Charpentier, 1908.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


et la mère Picou gronderait ben trop.


Le Chaperon-Rouge

Tu n’as donc pas faim ?


L’enfant

Heu ! J’ai mangé une grande terrine de soupe aux choux il n’y a pas un quart d’heure, mais je lipperais tout de même quelque chose.


Le Chaperon-Rouge

Qu’attends-tu donc, alors, petit sot ? Ouvre ton panier. Bon ! des confitures et des noix fraîches ; moi, j’ai de la galette et un pot de beurre, c’est pour bonne maman ; mais elle ne mangera pas tout, pauvre chère femme ! (Ils mangent.) Hein, comment trouves-tu ?


L’enfant

, la bouche pleine.

C’est bon comme tout… Oui, mais qu’est-ce qu’elle va dire, la mère Picou ?