Page:Daveluy – Bruges, ses monuments et ses tableaux, 1855.pdf/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Marie de Bourgogne, aimait la chasse au faucon ; elle voulut s’en donner le plaisir vers le carnaval de 1482 ; mais une chûte de cheval qu’elle fit dans cette circonstance, priva les Brugeois de leur bien-aimée Duchesse.

Son tombeau se trouve dans l’église de Notre-Dame, dont il est un des principaux ornements. On y voit la Princesse étendue, les mains jointes, la couronne sur la tête, et les pieds reposant sur deux petits chiens ; toute cette statue, de cuivre plaqué d’or, est d’un travail exquis et pur. Il en est de même des figurines qui ornent les quatre angles du tombeau, et des écus émaillés qui en décorent toutes les faces. Le corps du monument est en marbre noir.

Le tombeau de Charles-le-Téméraire, est près de celui de sa fille. C’est une pièce magnifique, mais, comme œuvre d’art, bien inférieure à la précédente. Ce fut par ordre de Philippe II, que ce monument fut élevé en 1558.

Son Altesse Impériale Ferdinand, dans un voyage qu’il fit à Bruges, déclara n’avoir nulle part rencontré des objets d’une telle valeur et cependant il avait parcouru l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie.