Page:Daveluy - Le mariage de Josephte Précourt, paru dans Oiseau Bleu, 1939-1940.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Michel travailla peu ce soir-là. Le lendemain, il se garda bien de toute marche. Elle provoquerait peut-être encore des surprises.

Le soir de la conférence sonna. Michel apprit par M. Berthelot que tout probablement l’honorable Louis-Joseph Papineau serait au fauteuil d’honneur, car il aimait, dans des occasions comme celle-ci, à assurer les jeunes de son intérêt… M. Berthelot apporta aussi la nouvelle que Madame Olivier Précourt, toujours retenue à sa maison de Saint-Denis, ne serait pas présente. Michel en eut un véritable chagrin. Il y avait beaucoup de monde, ce soir-là dans les salles de l’Institut canadien. Le groupe des fondateurs de l’Institut et du journal l’Avenir s’y trouvait au complet. On reconnaissait au premier rang, entourant M. Papineau, des représentants des huit instituts créés maintenant à travers tout le Bas-Canada, à Québec, aux Trois-Rivières, à l’Assomption, à Saint-Jean, à Sorel, ailleurs aussi. Éric Dorion, le poète Joseph Lenoir, l’écrivain James Huston, ce bon géant de Papin, député de l’Assomption, auquel l’Enfant terrible s’était bien gardé de faire allusion, en parlant de la haute taille de Michel l’autre jour, tous ces jeunes hommes actifs, aux idées démocratiques, un peu excessives, un peu inquiétantes parfois, avaient été chargés