Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/179

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




XXI

L’enlèvement de Charlot


L’hiver s’écoule sans incident, sauf le mariage de Marie Le Neuf. La jeune fille épouse, aux Trois-Rivières, par un glacial matin de décembre, Jean Godefroy. La rigueur de la température retient chacun à la maison, au coin du feu. Aux Trois-Rivières comme à Québec, les bûches flambent dans les vastes cheminées, et cependant, elles semblent n’avoir aucune puissance sur le froid qui paralyse choses et gens.

Qu’il paraît long, à ces Français, le rude hiver canadien ! Charlot s’inquiète. « Le printemps reviendra-t-il jamais ? L’herbe, les mousses de la forêt, les fleurs, l’eau verte du Saint-Laurent, est-ce que tout cela ne reparaîtra plus. » M. Olivier plaisante doucement Charlot. Un petit Canadien sans patience et sans espoir devant le long hiver, cela ne s’est jamais vu !

Enfin, avec mars, très hâtif, le printemps s’annonce. La neige disparaît rapidement sous le chaud soleil. Le dix-neuf, fête du patriarche Saint Joseph, patron du Canada depuis l’époque des récollets, de belles réjouissances sont organisées, sur l’ordre de M. de Montmagny. Outre