Page:Daveluy - Les aventures de Perrine et de Charlot, 1923.djvu/294

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
294
Les aventures de Perrine et de Charlot


charlot

Oui, viens ma belle Perrine, qui a été très malade, je le sais, mais qui ne le sera plus maintenant que je suis près d’elle.


perrine

Chère Madame Le Gardeur, je ne saurais dormir ! Mon cœur est rempli de bonheur. Il m’étouffe. Et puis, je veux savoir !… Tout !…


olivier le tardif, la prenant dans ses bras et l’enlevant malgré ses protestations.

Allons, allons ma petite amie, il faut obéir. Nous demeurerons tous près de toi. Une heure de repos, là, Mademoiselle, sinon de sommeil.


l’abbé de saint-sauveur

Et nous entendrons ce soir, seulement, le captivant récit de Charlot. Je tiens à être présent et suis obligé de vous quitter, ayant accepté de dîner chez le gouverneur en compagnie des saintes religieuses et de Madame de la Peltrie. Remercions Dieu du fond du cœur, en attendant, des grands bonheurs qui arrivent aujourd’hui, dans le cher pays de la Nouvelle-France.

— FIN —