Page:Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu/153

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
154
LA GRANDE AVENTURE DE LE MOYNE D’IBERVILLE

— Les religionnaires grossissent les marines étrangères. Le marquis de Ruvigny est à l’Angleterre, où on l’a fait milord Galloway. Jean Fournier enseigne aux Hollandais l’usage des galiotes à bombes. M. de la Rochefoucauld est devenu grand maréchal du Danemark. Mais, mon frère, les gens de religion tenaient toute la marine ! Quelques-uns ont feint de se convertir ; les autres sont nos ennemis les plus acharnés. Plus de six cents officiers de Rochefort sont à l’étranger. Et les religionnaires vont fonder des colonies partout ! Mais la veuve Scarron ne les laissera pas venir chez, nous !

Le commandant doit se calmer pour entendre le rapport de M. de Sauvolle. Des Bayogoulas ont visité le fort ; leur chef exigea pour sa femme les mêmes honneurs que pour lui : soldats sous les armes, tambour battant. Les céréales poussent mal dans ce pays torride, peut-être parce qu’on ne sait pas les cultiver ; les crocodiles et les serpents entourent le fort. Il fait si chaud que les hommes ne travaillent que deux heures le matin et deux heures le soir. Des vers rongent les arbres sur pied et endommagent les bateaux qu’on a beaucoup de peine à remettre en état. Des nouvelles ? Ah ! oui, deux missionnaires, MM. d’Avion et de Montigny, venus du Canada, ont passé chez les