Page:Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
52
LA GRANDE AVENTURE DE LE MOYNE D’IBERVILLE

de ce conseiller solennel comme un ministre, empêtré dans son épée.

Il part. Les audiences se poursuivent en présence de son procureur Riverin. À son retour, le 11 avril suivant, de la Mollerie adresse une requête à M. l’intendant « à ce qu’entr’autres choses le dit sieur deffendeur qui estoit de retour de son voyage fust pris au corps et constitué ez prisons de cette ville ». Marandeau « huissier en la prévosté de cette ville », la lui signifie l’après-midi, avec sommation de « comparoir ». Le 18, il est condamné à prendre l’enfant et l’élever jusqu’à 15 ans.


II


D’Iberville a réussi dans sa mission à la cour, où Denonville l’a recommandé en termes réconfortants : « D’Iberville, Monseigneur, est un très sage garçon entreprenant et qui sait ce qu’il fait ». Il revient lieutenant de vaisseau et rapporte à ses aînés de Longueuil et de Sainte-Hélène des brevets de capitaines et un de lieutenant pour Maricourt. On n’oublie jamais la famille, chez les Le Moyne. Pour ses affaires de la baie d’Hudson, il a obtenu le Soleil d’Afrique, le plus fin voilier de l’époque, qui fait sept lieues à l’heure. Pierre conduit son navire au nord, où il le charge de pelleteries avant