Page:David - Laurier et son temps, 1905.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
150
LAURIER ET SON TEMPS

Et, pourtant, elle ne manque pas d’énergie : forte, vigoureuse et pleine de courage, elle est toujours prête à suivre son mari partout, à l’accompagner jusqu’au bout de la terre. C’est elle qui s’occupe de tous les détails ennuyeux du voyage, qui devient premier ministre pour l’occasion, gouverne et pilote son mari, veille sur sa bourse, son repos et sa santé, le protège contre les importuns et les imposteurs, tient note des visites reçues et des visites à faire, et règle la dépense.

Elle a beaucoup de bon sens, de jugement et de prudence, sait se taire et parler à propos, et ne cherche pas à se donner de l’importance et à se rendre intéressante, en tenant des conversations qui seraient plus ou moins indiscrètes.

C’est en résumé une femme de cœur et de jugement digne de la confiance et de l’estime de tous ceux qui la connaissent, une femme que la vanité, l’orgueil et l’ambition n’ont pas envahie dans la haute position où le talent de son mari l’a portée.