Page:David - Les Patriotes de 1837-1838, 1884.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


NELSON À NAPIERVILLE


Robert Nelson arriva à Napierville, le 3 novembre, vers neuf heures du matin. Il était accompagné de Touvrey et de Hindelang, deux officiers français qu’on avait décidés à prendre part au mouvement. Leur arrivée fut saluée avec enthousiasme par les patriotes réunis à Napierville. Le docteur Côte étant allé à leur rencontre, les présenta à la foule dans des termes éloquents. Il dit, s’adressant aux patriotes : « Messieurs, je vous présente l’homme que nous attendions avec tant d’impatience et de confiance, Robert Nelson, le chef des patriotes et le président de la future république canadienne. Voilà notre chef, messieurs ; il est venu au milieu de nous, comme il l’avait promis ; il vient se mettre à notre tête pour arracher le pays à la tyrannie et conquérir l’indépendance du Canada. Je vous présente aussi ses deux compagnons, deux nobles et vaillants officiers français qui seront vos généraux et vous conduiront à la victoire. »

Le Dr Nelson répondit :

— Mes amis, je n’ai qu’un mot à vous dire : merci pour votre accueil. J’espère que je saurai mériter votre confiance ; la tâche que nous entreprenons est difficile, mais elle n’en sera que plus glorieuse. L’année dernière, vous avez été écrasés parce que vous n’aviez pas d’armes, mais cette année nous triompherons parce que nous aurons ce qu’il nous faut : de l’argent, des hommes et des fusils. Courage, mes amis, et soyez