Page:David - Les Patriotes de 1837-1838, 1884.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CARDINAL


Joseph-Narcisse Cardinal naquit à Saint-Constant, le 8 février 1808, d’une honnête famille de cultivateurs. Après avoir fait un bon cours d’études au collège de Montréal, il étudia la loi sous M. Georges Lepailleur, de Châteauguay, dont il devint l’associé, lorsqu’il eut fini sa cléricature. En 1831, il épousait Mlle Eugénie Saint-Germain et goûtait dans ce mariage autant de bonheur qu’il en avait espéré. Aux élections générales de 1834, on l’avait élu par acclamation député du comté de Laprairie.

En 1837, Cardinal avait tout ce qu’il faut pour aimer la vie, être heureux : une femme de cœur, quatre jeunes enfants, une belle clientèle, une grande popularité. Il était aimé pour sa bonté, estimé pour son talent et son honnêteté, admiré pour son patriotisme. Ce n’était pas un homme enthousiaste, exalté, il était calme, réfléchi, prudent, mais déterminé, entêté même une fois décidé.

Il resta tranquille pendant l’insurrection de 1837 ; il croyait et disait à qui voulait l’entendre que c’était une échauffourée, qu’aucun mouvement ne réussirait sans l’aide des Américains. Il voulait une insurrection sérieuse, faite avec de l’argent, des fusils et des canons, et ayant pour but l’indépendance du pays.

Les derniers actes du gouverneur et les propositions