Page:David - Les Patriotes de 1837-1838, 1884.djvu/303

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


TROISIÈME PARTIE


L’ŒUVRE DE LA RÉPARATION


La voix publique demandait non-seulement qu’on amnistiât les patriotes, mais qu’on réparât en partie les pertes causées à la population par l’insurrection. En 1843 et en 1845, sous le ministère Viger-Draper on s’était occupé de cette question, et une commission avait été nommée pour faire rapport sur la nature et l’étendue des pertes, la justice des réclamations.

Ce rapport fait, M. Lafontaine prépara un projet qu’il proposa pendant l’orageuse session de 1849. Ce projet ministériel accordait £100,000 destinés au paiement des dommages causés par la destruction injuste, inutile ou malicieuse des habitations, édifices et propriétés des habitants et par la saisie, le vol ou l’enlèvement de leurs biens et effets.

Quoique les torys eussent approuvé la nomination de la commission, ils attaquèrent avec fureur les propositions de M. Lafontaine. Le rapport de la commission était trop favorable aux patriotes, malgré les efforts faits pour les priver autant que possible des avantages de la loi d’indemnité au profit des bureaucrates. D’ailleurs, c’était une excellente occasion de