Page:Davray-Rigal - Anthologie des poètes du Midi, 1908, éd2.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



HENRY BATAILLE


M. Henry Bataille est né le 4 avril 1872 à Nîmes. Mais il est de race essentiellement languedocienne ; son vrai et seul pays est celui qui va de Castelnaudary à Moux, dans l’Aude. « On ne sait combien je suis de Moux, nous écrivait-il à ce sujet, je désire qu’on le sache bien.

« Oh ! les fils mystérieux où nos cœurs sont liés. »

Et M. Henry Bataille ajoutait : « Aux environs de Castelnaudary se trouve la majeure partie des paysages qui composent la Chambre blanche ; nous y avons encore la propriété ou j’ai été élevé « Bordeneuve », à Moux, village triste dans ce pays biblique, âpre comme une Palestine romantique et ignorée des hommes. Mon grand-père, Mestre-Huc, propriétaire-poète, fit bâtir notre tombeau de famille sur les contreforts abandonnés de l’Aric, aux pieds de l’Aric poudreux où montent les bergers ; on aperçoit au loin les cyprès, du chemin de fer, en passant. Cette chapelle solitaire, où personne n’ira plus prier et dont il est si sourdement question dans mes poèmes d’enfance, j’en serai le dernier habitant. Après moi, plus d’héritiers ; je confierai les clefs de la chapelle à quelque municipalité... Déjà, sur les murs ruinés, des enfants viennent cueillir des figues, et le vent qui gémit dans les pins, à gauche, les a dénudés. Je ne demande qu’une chose, c’est qu’à ma mort, devant le