Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Séduit par son pistil attique,
Peut-être un jeune parfumeur
Nous en ferait de l’huile antique,
Si Limayrac devenait fleur.

Hélas ! Limayrac n’est pas fleur,
Et ne peut de parfums de menthe
Enivrer un corset d’amante
Ni l’habit noir d’un enjôleur.
Quoique sa voix, flûte en démence,
Ait charmé le merle siffleur,
Jetons au feu cette romance,
Hélas ! Limayrac n’est pas fleur !


Novembre 1845.