Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



 
  Barbanchu nargue la rime !
  Je défends que l’on m’imprime !

  La gloire n’était que frime ;
  Vainement pour elle on trime,
  Car ce point est résolu.
  Il faut bien qu’on nous supprime :
  Barbanchu nargue la rime !

  Le cas enfin s’envenime.
  Le prosateur chevelu