Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/283

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Qu’un baiser de feu me dévore !
Hélas ! le bonheur est si court !
Bon biographe, ris encore,
On n’entendra plus Mirecourt.

Hélas ! le bonheur est si court !
O désirs vains et téméraires !
On n’entendra plus Mirecourt,
L’automne est doux : Adieu, libraires !


Septembre 1856.