Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/367

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vivantes et pleines de révélations curieuses, qui n’ont pas été publiées. Le succès venait, tout venait, quand les terribles fièvres du Japon emportèrent Antoine Fauchery, après sa chère femme. Je ne me rappelle personne qui ait eu, à un plus haut degré que lui, l’abord élégant et sympathique, la compréhension rapide et la grâce souveraine de la chevelure.


Page 154, vers 172 et 173 :



            Quand mon Arthur sonnait du cor
            Près de Mangin en galons jaunes,


Mangin, homme qui a bien connu ses Athéniens, a fait sa fortune par le procédé le plus simple, en vendant d’assez bons crayons de mine de plomb, enveloppés d’une feuille d’or. Mais, pour les vendre, il montait sur une calèche découverte, endossait une dalmatique férocement galonnée d’or, et se couvrait le chef d’un casque à plumet rouge, flamboyant comme celui d’Hector : sans cela, pourquoi eût-on acheté ses crayons plutôt que d’autres ? Il improvisait des discours