Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
ODES FVNAMBVLESQUES.


Chantons leur courtoisie !
Car ni l’Andalousie,
Ni Venise, les yeux
Dans ses flots bleus,

Ni la belle Florence
Où, dans sa transparence,
L’Arno prend les reflets
De cent palais,

Ni l’odorante Asie,
Qui, dans sa fantaisie,
Tient d’un doigt effilé
Le narghilé,

Ni l’Allemagne blonde
Qui, sur le bord de l’onde,
Ceint des vignes du Rhin
Son front serein,

N’ont dans leurs rêveries
Vu ces lèvres fleuries,
Ces croupes de coursier,
Ces bras d’acier,