Page:De Barrau - Aux instituteurs du canton de Dourgne.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 10 —

vouement est la vertu essentielle et nécessaire de celui qui se consacre à l’enseignement.

L’enseignement n’est donc pas une profession ordinaire appelée seulement à donner à celui qui l’embrasse un pain honorablement acquis. Pour être instituteur il faut une vocation spéciale, parce que l’enseignement exige des qualités spéciales et de rares vertus. Ceux qui se chargent d’enseigner doivent à leurs élèves, en toute chose, non-seulement le précepte mais aussi l’exemple ; celui ou celle qui s’y voue a charge d’âmes comme le père ou la mère. Quiconque s’y prépare doit scrupuleusement s’examiner ; quiconque y est entré doit y marcher avec le sentiment de l’immense responsabilité qu’il a acceptée envers la société et envers sa propre conscience.

Pour nous, qui pensons que l’éducation de la jeunesse de toute condition est le salut de l’avenir, répondons à la grandeur de l’œuvre en entourant de respect l’ouvrier qui l’accomplit ; rendons lui l’hommage qui lui est dû, ce sera fortifier son courage, affermir sa persévérance, réchauffer son zèle ; en retour de services inappréciables, voyons dans les éducateurs, non de