Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


combien de martyres ignorées ; combien meurent sans avoir connu l’amour, plutôt que de se livrer aux baisers brutaux d’un imbécile.

» Imprudents que nous sommes ; nous savons qu’elles sont la clef de voûte de la société, que c’est du cœur de ces femmes que doivent sortir les premières leçons destinées à former les hommes futurs, et nous leur permettons de croire à toutes les sottises dont nous, nous rougissons depuis des siècles.

» Ah ! madame, si vous voulez en frapper quelques-unes, que ce soient celles qui, sans faim ni soif, vendent ce qu’elles devraient donner pour rien, et ces hypocrites de sentiment qui jouent au grand cœur et sont de fait, plus mathématiques que Bonaparte premier ; grâce pour les autres ; grâce même pour celles-là.

» Nous terminons ici, madame, notre humble requête, vous suppliant tous de ne pas prendre en mauvaise part les humbles observations que nous avons osé vous présenter et vous priant, quant à moi personnellement, de vouloir bien me considérer comme votre bien dévoué et bien respectueux serviteur. »


----