Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ils étaient si imprudents tantôt quand ils essayaient en riant, de faire chavirer leur chaloupe… Il y en avait un surtout, un beau jeune homme en costume de chasse !… mon père, mon père, il faut aller à leur secours !


IV.


Hermann n’avait pas attendu la recommandation de sa fille pour faire son devoir : pendant qu’elle parlait il se chaussait. Puis il alluma une lanterne et partit au galop. Sur le haut des dunes, il entendit des coups de carabine et des cris qui redoublèrent d’intensité quand, de la rive, on put apercevoir sa lanterne. Hermann courut vers l’endroit d’où ils partaient. Il accrocha sa lanterne au fer d’une gaffe qu’il avait prise à tout hasard, planta sa gaffe dans le sable et s’avança dans l’eau jusqu’à mi-corps ; il entendit alors comme un bruit de rames et une voix désespérée qui lui criait : Un homme à l’eau, tombé à ta gauche, cherche ! Cinquante florins si tu le sauves !

Hermann ôtait déjà sa veste pour se jeter à la mer, quand il entendit à quelques brassées de distance, une res-