Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pourrait être mère, je la renie. Si, laſſe de cette exiſtence, elle se jette à l’eau, c’eſt une folle indigne de vivre.

Regarde autour de toi, poëte provincial, & compte, si tu le peux, les hibous de ce monde ; songe s’il eſt prudent d’attaquer, comme tu le fais, la Force & la Ruſe, ces reines hiboues. Rentre en toi-même, fais ton meâ culpâ & sollicite à genoux ton pardon.

Tu m’intéreſſes pourtant par ta confiante étourderie ; auſſi, malgré mes habitudes connues, je te préviens que je vais de ce pas dénoncer la crudité & les audaces de ton style à mes couſins en littérature, forts en plume, en bec & en lunettes, gens prudents & pédants, qui savent de la façon la plus aimable, la plus « comme il faut », avec beaucoup de gaze & de manchettes, raconter aux jeunes perſonnes des hiſtoires d’amour qui ne viennent pas seulement de Cythère, & qui vous forment en une heure, sans qu’on y voie rien, l’Agnès la plus rétive. Ô poëte téméraire qui aimes tant Rabelais & les vieux maîtres, ces gens-là ont sur toi cet avantage, qu’ils finiront par uſer la langue françaiſe à force de la polir.

Bubulus bubb.