Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Traverſant la chauſſée, il vit venir une troupe de soudards. Il eut grand peur, à cauſe des lettres.

Mais réſolu de faire bon viſage à malencontre, il attendit de pied ferme les soudards, & s’arrêta marmonnant ses patenôtres ; quand ils paſſèrent il marcha avec eux, & sut qu’ils allaient à Bois-le-Duc.

Une enſeigne wallonne ouvrait la marche. En tête se trouvaient le capitaine Lamotte avec sa garde de six hallebardiers ; puis, selon leur rang, l’enſeigne avec une garde moindre, le prévôt, ses hallebardiers & ses deux happe-chair, le chef du guet, le garde-bagages, le bourreau & son aide, & fifres & tambourins menant grand tapage.

Puis venait une enſeigne flamande de deux cents hommes, avec son capitaine, son porte-enſeigne, & diviſée en deux centuries commandées par les sergents de bande, principaux soudards, & en décuries commandées par les rot-meeſters. Le prévôt & les stocks-knechten, aides du bâton, étaient pareillement précédés de fifres & de tambourins qui battaient & glapiſſaient.

Derrière eux venaient, éclatant de rire, gazouillant comme des fauvettes, chantant comme des roſſignols, mangeant, buvant, danſant, debout, couchées ou chevauchant, leurs compagnes ; de belles & folles filles, dans deux chariots découverts.

D’aucunes étaient vêtues comme des lanſquenets, mais de fine toile blanche, décolletée, déchiquetée aux bras, aux jambes, au pourpoint, laiſſant voir leurs chairs mignonnes ; coiffées de bonnets de fin lin profilés d’or, surmontés de belles plumes d’autruche volant au vent. À leurs ceintures de toile d’or friſées de satin rouge pendaient les fourreaux de drap d’or de leurs poignards. Et leurs souliers, bas & hauts-de-chauſſes, leurs pourpoints, aiguillettes, ferrements, étaient d’or & de soie blanche.

D’autres étaient auſſi vêtues landſknechtement, mais de bleu de vert, d’écarlate, d’azur, de cramoiſi, déchiquetés, brodés, armoriés à leur fantaiſie. Et toutes avaient au bras la rouelle de couleur indiquant leur métier.

Un hoer-wyſel, leur sergent, voulait les faire taire ; mais par leurs mignonnes grimaces & paroles elles le forçaient de rire & ne lui obéiſſaient point.

Ulenſpiegel, vêtu en pèlerin, marchait de conſerve avec les deux enſeignes, ainſi qu’un batelet à côté d’un grand navire. Et il marmonnait ses patenôtres.

Soudain Lamotte lui dit :