Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Katheline, toute blême & pleurant, parla encore & dit :

— Deux enfantelets sont nés, l’un en Eſpagne, c’eſt l’infant Philippe, & l’autre en pays de Flandre, c’eſt le fils de Claes, qui sera plus tard surnommé Ulenſpiegel. Philippe deviendra bourreau, ayant été engendré par Charles cinquième, meurtrier de nos pays. Ulenſpiegel sera grand docteur en joyeux propos & batifolements de jeuneſſe, mais il aura le cœur bon, ayant eu pour père Claes, le vaillant manouvrier sachant, en toute braveté, honnêteté & douceur, gagner son pain. Charles empereur & Philippe roi chevaucheront par la vie, faiſant le mal par batailles, exactions & autres crimes. Claes travaillant toute la semaine, vivant suivant droit & loi, & riant au lieu de pleurer en ses durs labeurs, sera le modèle des bons manouvriers de Flandre. Ulenſpiegel toujours jeune, & qui ne mourra point, courra par le monde sans se fixer oncques en un lieu. Et il sera manant, noble homme, peintre, sculpteur, le tout enſemble. Et par le monde ainſi se promènera, louant choſes belles & bonnes & se gauſſant de sottiſe à pleine gueule. Claes eſt ton courage, noble peuple de Flandre, Soetkin eſt ta mère vaillante, Ulenſpiegel eſt ton eſprit ; une mignonne & gente fillette, compagne d’Ulenſpiegel & comme lui immortelle, sera ton cœur, & une groſſe bedaine, Lamme Goedzak, sera ton eſtomac. Et en haut se tiendront les mangeurs de peuple, en bas les victimes ; en haut frelons voleurs, en bas, abeilles laborieuſes, & dans le ciel saigneront les plaies du Chriſt.

Ce qu’ayant dit, s’endormit Katheline la bonne sorcière.


VI


On portait Ulenſpiegel à baptême ; soudain chut une averſe qui le mouilla bien. Ainſi fut-il baptiſé pour la première fois.

Quand il entra dans l’égliſe, il fut dit aux parrain & marraine, père & mère, par le bedeau school-meeſter, maître d’école, qu’ils euſſent à se placer autour de la piſcine baptiſmale, ce qu’ils firent.

Mais il y avait à la voûte, au-deſſus de la piſcine, un trou fait par un maçon pour y suſpendre une lampe à une étoile en bois doré. Le maçon,