Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/325

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— À toi nous buvons, répondirent Lamme & Ulenſpiegel. À l’extinction de toute peſte de rébellion & d’héréſie. Nous buvons, répondirent Lamme & Ulenſpiegel, qui sans ceſſe rempliſſaient le gobelet que l’hôte ne savait jamais voir plein.

— Vous êtes bonſhommes, diſait-il, je bois à Vos Généroſités, je gagne sur le vin bu. Où sont vos paſſes ?

— Les voici, répondit Ulenſpiegel.

— Signées du duc, dit l’hôte. Je bois au duc.

— Au duc nous buvons, répondirent Lamme & Ulenſpiegel.

L’hôte pourſuivant ses propos :

— En quoi prend-on les rats, souris & mulots ? En ratières, mulottières, souricières. Qui eſt le mulot ? C’eſt le grand hérétique orange comme le feu de l’enter. Dieu eſt avec nous. Ils vont venir. Hé ! hé ! À boire ! Verſe ; je cuis, je brûle. À boire ! Très-beaux petits prédicants réformés… Je dis petits… beaux petits vaillants, forts soudards, des chênes… À boire ! N’irez-vous pas avec eux au camp du grand hérétique ? j’ai des paſſes signées de lui… Vous verrez leur beſogne.

— Nous irons au camp, répondit Ulenſpiegel.

— Ils s’y feront bien, & la nuit, si l’occaſion se préſente (& l’hôte fit en sifflant le geſte d’un homme en égorgeant un autre), Vent-d’Acier empêchera le merle Naſſau de siffler davantage. Or çà, à boire, çà !

— Tu es gai, nonobſtant que tu sois marié, répondit Ulenſpiegel.

L’hôte dit :

— Je ne le suis ni le fus. Je tiens les secrets des princes. À boire. — Ma femme me les volerait sur l’oreiller, pour me faire pendre & être veuve plutôt que Nature ne le veut. Vive Dieu ! ils vont venir… Où sont les paſſes nouvelles ? Sur mon cœur chrétien. Buvons ! Ils sont là, là, a trois cents pas sur le chemin, près de Marche-les-Dames. Les voyez-vous ? Buvons !

— Bois, lui dit Ulenſpiegel, bois ; je bois au roi, au duc, aux prédicants, à Vent-d’Acier ; je bois à toi, à moi ; je bois au vin & à la bouteille. Tu ne bois point. Et à chaque santé, Ulenſpiegel lui rempliſſait son verre & l’hôte le vidait.

Ulenſpiegel le conſidéra quelque temps ; puis se levant :

— Il dort, dit-il ; venons-nous-en, Lamme.

Quand ils furent dehors :

— Il n’a point de femme pour nous trahir… La nuit va tomber… Tu as