Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et ils se tenaient tous deux face à face raidement sur le chemin, portant & parant les coups. Ulenſpiegel était tout saignant, car son adverſaire, habile soudard, l’avait bleſſé à la tête & à la jambe. Mais il attaquait & se défendait comme un lion. Le sang qui coulait de sa tête l’aveuglant ; il rompit toutefois à grandes enjambées, s’eſſuya de la main gauche & se sentit faiblir. Il allait être tué si Lamme n’eût tiré sur le prédicant & ne l’eût fait tomber.

Et Ulenſpiegel le vit & ouït vomir blaſphèmes, sang & écume de mort.

Et la fumée bleue s’éleva au-deſſus des noires brouſſailles, emmi leſquelles Lamme montra derechef sa bonne trogne.

— Eſt-ce fini ? dit-il.

— Oui, mon fils, répondit Ulenſpiegel. Mais viens…

Lamme, sortant de sa niche, vit Ulenſpiegel tout couvert de sang. Courant alors comme un cerf, nonobſtant sa bedaine, il vint à Ulenſpiegel, aſſis par terre, près des hommes tués :

— Il eſt bleſſé, dit-il, mon ami doux, bleſſé par ce vaurien meurtrier. Et d’un coup de talon, caſſant les dents au prédicant le plus proche : Tu ne réponds pas, Ulenſpiegel ! Vas-tu mourir mon fils ? Où eſt ce baume ? Ha ! dans le fond de sa gibecière, sous les sauciſſons. Ulenſpiegel, ne m’entends-tu point ? Las ! je n’ai point d’eau tiède pour laver ta bleſſure, ni nul moyen d’en avoir. Mais l’eau de Sambre suffira. Parle-moi, mon ami. Tu n’es point si rudement bleſſé, toutefois. Un peu d’eau, là, bien froide, n’eſt-ce pas ? Il se réveille. C’eſt moi, mon fils, ton ami, ils sont tous morts ! Du linge ! du linge pour bander ses bleſſures. Il n’y en a point. Ma chemiſe donc. — Il se dévêtit. — Et Lamme, pourſuivant son propos : En morceaux, la chemiſe ! Le sang s’arrête. Mon ami ne mourra point.

— Ha ! diſait-il, qu’il fait froid le dos nu à cet air vif. Rhabillons-nous. Il ne mourra point. C’eſt moi, Ulenſpiegel, moi, ton ami Lamme. Il sourit. Je vais dépouiller les meurtriers. Ils ont des bedaines de florins. Tripes dorées, carolus, florins, daelders, patards & des lettres ! Nous sommes riches. Plus de trois cents carolus à partager. Prenons les armes & l’argent. Vent-d’Acier ne soufflera pas encore pour Monſeigneur.

Ulenſpiegel, claquant des dents à cauſe du froid, se leva.

— Te voilà debout, dit Lamme.

— C’eſt la force du baume, répondit Ulenſpiegel.

— Baume de vaillance, répondit Lamme.

Puis, prenant un à un les corps des trois prédicants, il les jeta dans un