Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et Lamme cheminant avec Ulenſpiegel, toujours précédé de sa réputation victorieuſe, commença de croire lui-même à sa grande force, &, devenant fier & belliqueux, il se laiſſa croître le poil. Et Ulenſpiegel le nomma Lamme le Lion.

Mais Lamme ne demeura point conſtant en ce deſſein à cauſe des chatouillements de la pouſſe, le quatrième jour. Et il fit paſſer le raſoir sur sa face victorieuſe, laquelle apparut de nouveau à Ulenſpiegel ronde & pleine comme un soleil, allumé au feu des bonnes nourritures.

Ce fut ainſi qu’ils vinrent à Stockem.


XXVIII


Vers la tombée de la nuit, ayant laiſſé leurs ânes à Stockem, ils entrèrent dans la ville à Anvers.

Et Ulenſpiegel dit à Lamme :

— Voici la grande cité, l’entier monde entaſſe ici ses richeſſes : or, argent, épices, cuir doré, tapis de Gobelin, draps, étoffes de velours, de laine & de soie ; fèves, pois, grains, viande & farine, cuirs salés, vins de Louvain, de Namur, de Luxembourg, de Liége, Landtwyn de Bruxelles & d’Aerſchot, vins de Buley dont le vignoble eſt près de la porte de la Plante à Namur, vins du Rhin, d’Eſpagne & de Portugal ; huile de raiſin d’Aerſchot qu’ils appellent Landolium ; les vins de Bourgogne, de Malvoiſie & tant d’autres. Et les quais sont encombrés de marchandiſes.

Ces richeſſes de la terre & de l’humaine beſogne attirent en ce lieu les plus belles filles folles qui soient.

— Tu deviens songeur, dit Lamme.

Ulenſpiegel répondit :

— Je trouverai parmi elles les sept. Il m’a été dit :

En ruines, sang & larmes, cherche.

Qu’eſt-ce donc qui plus que filles folles eſt cauſe de ruine ? N’eſt-ce pas auprès d’elles que les pauvres hommes affolés perdent leurs beaux carolus, brillants & clinquants, leurs bijoux, chaînes, bagues, & s’en revont sans