Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/360

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et Ulenſpiegel, ouvrant son pourpoint & celui de Lamme, en tira les papiers & parchemins. Le smitte Waſteele les ayant lus :

— Ils renferment, dit-il, des plans de bataille & de conſpiration. Je les ferai remettre au prince, & il lui sera dit qu’Ulenſpiegel & Lamme Goedzak, ses vagabonds fidèles, sauvèrent sa noble vie. Je vais faire vendre vos ânes pour qu’on ne vous reconnaiſſe point à vos montures.

Ulenſpiegel demanda au smitte Waſteele si le tribunal des échevins à Namur avait déjà lancé les happe-chair à leurs chauſſes.

— Je vais vous dire ce que je sais, répondit Waſteele. Un forgeron de Namur, vaillant réformé, paſſa l’autre jour par ici, sous le prétexte de me demander mon aide pour les grilles, girouettes & autres ferrures d’un caſtel que l’on va bâtir près de la Plante. L’huiſſier du tribunal des échevins lui a dit que ses maîtres s’étaient déjà réunis, & qu’un cabaretier avait été appelé, parce qu’il demeurait à quelques cents toiſes de l’endroit du meurtre. Interrogé s’il avait ou non vu les meurtriers ou ceux qu’il pourrait soupçonner comme tels, il avait répondu : « J’ai vu des manants & des manantes cheminant sur des ânes, me demandant à boire & reſtant sur leurs montures, ou en deſcendant pour boire chez moi de la bière pour les hommes, de l’hydromel pour les femmes & fillettes. Je vis deux vaillants manants parlant de raccourcir d’un pied meſſire d’Orange. » Et ce diſant, l’hôte, sifflant, imita le paſſage d’un couteau dans les chairs du cou. « Par le Vent d’Acier, dit-il, je vous entretiendrai secrètement, ayant pouvoir de le faire. » Il parla & fut relâché. Depuis ce temps, les conſeils de juſtice ont sans doute adreſſé des miſſives à leurs conſeils subalternes. L’hôte dit n’avoir vu que des manants & manantes montés sur des ânes, il s’enſuivra que l’on donnera la chaſſe à tous ceux que l’on trouvera califourchonnant un baudet. Et le prince a beſoin de vous, mes enfants.

— Vends les ânes, dit Ulenſpiegel, & gardes-en le prix pour le tréſor du prince.

Les ânes furent vendus.

— Il vous faut maintenant, dit Waſteele, que vous ayez chacun un métier libre & indépendant des corporations ; sais-tu faire des cages d’oiſeaux & des souricières ?

— J’en fis jadis, dit Ulenſpiegel.

— Et toi ? demanda Waſteele à Lamme.

— Je vendrai des eete-koecke & des olie-koecken ; ce sont des crêpes & des boulettes de farine à l’huile.