Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelque gaie confrérie. Il rit sans ceſſe ; mais les faces aigres avant d’être mûres sont un méchant pronoſtic pour les viſages à venir. S’il court, c’eſt qu’il a beſoin de grandir ; s’il ne travaille point, c’eſt qu’il n’eſt pas à l’âge où l’on sent que labeur eſt devoir, & s’il paſſe quelquefois dehors jour & nuit, la moitié d’une semaine, c’eſt qu’il ne sait pas de quelle douleur il nous afflige car il a bon cœur, & il nous aime.

Claes, hochant la tête, ne répondait point, & Soetkin, quand il dormait, pleurait seule. Et le matin, penſant que son fils était malade au coin de quelque route, elle allait sur le pas de la porte voir s’il ne revenait point ; mais elle ne voyait rien, & elle s’aſſeyait près de la fenêtre, regardant de là dans la rue. Et bien des fois son cœur danſait dans sa poitrine au bruit du pas léger de quelque garçonnet ; mais quand il paſſait elle voyait que ce n’était pas Ulenſpiegel, & alors elle pleurait, la dolente mère.

Cependant Ulenſpiegel, avec ses camarades vauriens, était à Bruges, au marché du samedi.

Là se voyaient les cordonniers & les savetiers dans des échoppes à part, les tailleurs marchands d’habits, les mieſevangers d’Anvers qui prennent, la nuit, avec un hibou, les méſanges ; les marchands de volailles, les larrons ramaſſeurs de chiens, les vendeurs de peaux de chats pour gants, plaſtrons & pourpoints, & des acheteurs de toutes sortes, bourgeois, bourgeoiſes, valets & servantes, panetiers, sommeliers, coquaſſiers & coquaſſières, & tous enſemble, marchands & chalands, suivant leur qualité, criant, décriant, vantant & aviliſſant la marchandiſe.

Dans un coin du marché était une belle tente de toile, montée sur quatre pieux. À l’entrée de cette tente, un manant du plat pays d’Aloſt, accompagné de deux moines préſents pour le bénéfice, montrait pour un patard, aux dévots curieux, un morceau de l’os de l’épaule de sainte Marie Égyptienne. Il braillait, d’une voix caſſée, les mérites de la sainte & n’omettait point en sa ballade comment, faute d’argent, elle paya en belle monnaie de nature un jeune paſſeur d’eau, pour ne point, en refuſant son salaire à ce manouvrier, pécher contre le Saint-Eſprit.

Et les deux moines faiſaient signe de la tête que le manant diſait vrai. À côté d’eux était une groſſe femme rougeaude, laſcive comme Aſtarté, gonflant violemment une méchante cornemuſe, tandis qu’une fillette mignonne chantait près d’elle comme une fauvette ; mais nul ne l’entendait. Au-deſſus de l’entrée de la tente se balançait à deux perches, & tenu aux oreilles par des cordes, un baquet plein d’eau bénite à Rome, ainſi que le chantait la