Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/465

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mettre la griffe sur ce doux tréſor. Il pèſera plus en ma gibecière qu’en la sienne. Katheline me dira où il eſt ; nous le partagerons. Tu me laiſſeras seulement la plus groſſe part pour la découverte.

« Quant aux femmes, étant nos serves douces & eſclaves amoureuſes, nous les mènerons au pays d’Allemagne. Là, nous les enſeignerons à devenir diables femelles & succubes, enamourant tous les riches bourgeois & nobles hommes ; là nous vivrons, elles & nous, d’amour payé en beaux rixdaelders, velours, soie, or, perles & bijoux ; nous serons ainſi riches sans fatigues, &, à l’inſçu des diables succubes, aimés des plus belles, nous faiſant toujours payer au demeurant. Toutes les femmes sont sottes & niaiſes pour l’homme, pouvant allumer ce feu d’amour que Dieu leur mit sous la ceinture. Katheline & Nele le seront plus que d’autres, &, nous croyant diables, nous obéiront en tout : toi, garde ton prénom, mais ne donne jamais le nom de ton père Rŷviſh. Si le juge prend les femmes, nous partirons sans qu’elles nous connaiſſent & nous puiſſent dénoncer. À la reſcouſſe, mon féal. Fortune sourit aux jeunes gens, comme le diſait feue Sa Sainte Majeſté Charles-Quint, maître paſſé ès choſes d’amour & de guerre. »

Et le greffier, ceſſant de lire, dit :

— Telle eſt la lettre, & elle eſt signée : Joos Damman, écuyer.

Et le peuple cria :

— À mort le meurtrier ! À mort le sorcier ! Au feu l’affoleur de femmes ! À la potence le larron !

Le bailli dit alors :

— Peuple, faites silence, afin qu’en toute liberté nous jugions cet homme.

Et parlant aux échevins :

— Je veux, dit-il, vous lire la deuxième lettre trouvée par Nele dans la poche couſue à la cote de fête de Katheline ; elle eſt ainſi conçue :

« Sorcière mignonne, voici la recette d’une mixture à moi envoyée par la femme même de Lucifer : à l’aide de cette mixture, tu te pourras tranſporter dans le soleil, la lune & les aſtres ; converſer avec les eſprits élémentaires qui portent à Dieu les prières des hommes, & parcourir toutes les villes, bourgades, rivières, prairies de l’entier univers : tu broieras enſemble, à doſes égales : Stramonium, solanum somniferum, juſquiame, opium, les sommités fraîches du chanvre, belladone & datura.

« Si tu le veux, nous irons ce soir au sabbat des eſprits : mais il faut