Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/468

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et Katheline diſait : — Nele eſt méchante, il ne faut point la croire, Hans, mon seigneur.

Et dans le populaire, les femmes pleuraient & les hommes diſaient :

— Grâce pour Katheline.

Le bailli & les échevins rendirent leur sentence au sujet de Joos Damman, sur un aveu qu’il fit après de nouvelles tortures : il fut condamné à être dégradé de nobleſſe & brûlé vif à petit feu juſqu’à ce que mort s’enſuivît, & souffrit le supplice le lendemain devant les bailles de la maiſon commune, diſant toujours : — Faites mourir la sorcière, elle seule eſt coupable ! maudit soit Dieu ! mon père tuera les juges. Et il rendit l’âme.

Et le peuple diſait : — Voyez-le maudiſſant & blaſphémateur ; il trépaſſe comme un chien.

Le lendemain, le bailli & les échevins rendirent leur sentence au sujet de Katheline, qui fut condamnée à subir l’épreuve de l’eau dans le canal de Bruges. Surnageant, elle serait brûlée comme sorcière ; allant au fond, & en mourant, elle serait conſidérée comme étant morte chrétiennement, & comme telle inhumée au jardin de l’égliſe, qui eſt le cimetière.

Le lendemain, tenant un cierge, nu-pieds & vêtue d’une chemiſe de toile noire, Katheline fut conduite juſqu’au bord du canal, le long des arbres, en grande proceſſion. Devant elle marchaient, chantant les prières des morts, le doyen de Notre-Dame ses vicaires, le bedeau portant la croix ; & derrière, les bailli de Damme, échevins, greffiers, sergents de la commune, prévôt, bourreau & ses deux aides. Sur les bords était une grande foule de femmes pleurant & d’hommes grondant, par pitié pour Katheline, qui marchait comme un agneau se laiſſant conduire sans savoir où il va, & toujours diſant : — Ôtez le feu, la tête brûle ! Hans, où es-tu ?

Se tenant au milieu des femmes, Nele criait : — Je veux être jetée avec elle. Mais les femmes ne la laiſſaient point s’approcher de Katheline.

Un aigre vent soufflait de la mer ; du ciel gris tombait dans l’eau du canal grêle fine ; une barque était là, que le bourreau & ses valets prirent au nom de Sa Royale Majeſté. Sur leur commandement, Katheline y deſcendit ; le bourreau y fut vu debout, la tenant & au signal du prévôt levant sa verge de juſtice, jetant Katheline dans le canal ; elle se débattit, mais non longtemps, & alla au fond ayant crié : — Hans ! Hans ! à l’aide !

Et le populaire diſait : — Cette femme n’eſt point sorcière.

Des hommes se jetèrent dans le canal & en tirèrent Katheline hors de sens & rigide comme une morte. Puis elle fut menée dans une taverne &