Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/475

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Où eſt l’original ? lui demanda de Lumey.

— Chez mon maître Martin, dit le meſſager.

— Et le manant m’envoie la copie ! dit de Lumey. Où eſt ton paſſeport ?

— Le voici, Monſeigneur, dit le meſſager

Meſſire de Lumey lut tout haut :

« Monſeigneur & maître Marin Brandt mande à tous miniſtres, gouverneurs & officiers de la république, qu’ils laiſſent paſſer sûrement, etc. »

De Lumey, frappant du poing sur la table & déchirant le paſſeport :

— Sang-Dieu ! dit-il, de quoi se mêle-t-il, ce Marin, ce guenillard, qui-n’avait pas, avant la priſe de la Briele, une arête de hareng-saur à se mettre sous la dent ? Il s’intitule monſeigneur & maître, & il m’envoie à moi des ordres ! il mande & ordonne ! Dis à ton maître que puiſqu’il eſt si capitaine & si monſeigneur, si bien mandant & commandant, que les moines seront pendus haut & court tout de suite, & toi avec eux si tu ne trouſſes ton bagage.

Et, lui baillant un coup de pied, il le fit sortir de la salle.

— À boire, cria-t-il. Avez-vous vu l’outrecuidance de ce Marin ? Je cracherais mon repas tant je suis furieux. Qu’on pende les moines dans leur grange incontinent, & qu’on m’amène le Flamand pourmeneur, après qu’il aura aſſiſté à leur supplice. Nous verrons bien s’il oſera me dire que j’ai mal fait. Sang-Dieu ! qu’a-t-on encore beſoin ici de pots & de verres ?

Et il briſa avec grand bruit les coupes & la vaiſſelle, & nul n’oſait lui parler. Les valets voulurent en ramaſſer les débris, & il ne le permit point & buvant à même les flacons sans meſure, il s’enrageait davantage, marchait à grands pas, écraſant les morceaux & les piétinant furieuſement.

Ulenſpiegel fut amené devant lui.

— Eh bien ! lui dit-il, apportes-tu des nouvelles de tes amis les moines ?

— Ils sont pendus, dit Ulenſpiegel ; & un lâche bourreau, tuant par intérêt, a ouvert après la mort le ventre & les côtés de l’un d’eux comme à un porc éventré, pour en vendre la graiſſe à un apothicaire. Parole de soldat n’eſt plus parole d’or.

De Lumey, piétinant les débris de la vaiſſelle :

— Tu me braves, dit-il, vaurien de quatre pieds, mais toi auſſi tu seras pendu, non dans une grange, mais ignominieuſement sur la place, vis-à-vis de tout le monde.

— Honte sur vous, dit Ulenſpiegel, honte sur nous : parole de soldat n’eſt plus parole d’or.