Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/490

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Par ci, par là, des flaques de sang tachaient les prairies ; il y avait du sang tout autour des murailles. Les corbeaux venaient par nuées de tous côtés ; le soleil se cachait dans un lit de vapeurs, le ciel était clair encore, & dans sa profondeur s’éveillaient, timides, les étoiles. Soudain, ils entendirent des hurlements lamentables.

— Les soldats diſaient : Ceux qui crient là sont les Gueux du fort de Fuycke, hors la ville, on les laiſſe mourir de faim.

— Nous auſſi, dit Nele, nous allons mourir.

Et elle pleura.

— Les cendres battent sur mon cœur, dit Ulenſpiegel.

— Ah ! dit Lamme en flamand, — les soldats de l’eſcorte n’entendaient point ce fier langage — ah ! dit Lamme, si je pouvais tenir ce duc de sang & lui faire manger, juſqu’à ce que la peau lui crevât, tous & toutes cordes, potences, bancs, chevalets, poids & brodequins ; si je pouvais lui faire boire le sang répandu par lui, & qu’il sortît de sa peau déchirée & de ses tripes ouvertes des éclats de bois, des morceaux de fer, & qu’il ne rendît pas encore l’âme, je lui arracherais le cœur de la poitrine & le lui ferais manger cru & venimeux. Alors, pour sûr, tomberait-il de vie à trépas dans l’abîme de soufre, où puiſſe le diable le lui faire manger & remanger sans ceſſe. Et ainſi pendant la toute longue éternité.

Amen, dirent Ulenſpiegel & Nele.

— Mais ne vois-tu rien ? dit-elle.

— Non, dit-il.

— Je vois à l’occident, dit-elle, cinq hommes & deux femmes aſſis en rond. L’un eſt vêtu de pourpre & porte une couronne d’or. Il semble le chef des autres, tous loqueteux & guenillards. Je vois du côté de l’orient venir une autre troupe de sept ; quelqu’un auſſi les commande, qui eſt vêtu de pourpre sans couronne. Et ils viennent contre ceux de l’occident. Et ils se battent contre eux dans le nuage ; mais je n’y vois plus rien.

— Les Sept, dit Ulenſpiegel.

— J’entends, dit Nele, près de nous dans le feuillage, une voix comme un souffle diſant :

Par la guerre & par le feu,
Par les piques & par les glaives,
Par lesCherche ;
Dans la mort & dans le sang,
Dans les ruines & les larmes,
Par lesTrouve.