Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/501

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— J’y penſais, dit Lamme. L’eau gèle dans les cruches dans le huchier ; les volailles sont de bois ; le givre blanchit les sauciſſons ; le beurre eſt comme pierre, l’huile eſt toute blanche, le sel eſt sec comme du sable au soleil.

— C’eſt la gelée prochaine, dit Ulenſpiegel. Ils vont venir en grand nombre nous attaquer avec de l’artillerie.

Allant sur le vaiſſeau amiral, il dit ce qu’il craignait à l’amiral, qui lui répondit :

— Le vent souffle d’Angleterre : il y aura de la neige, mais il ne gèlera point : retourne à ton navire.

Et Ulenſpiegel s’en fut.

La nuit, une forte neige tomba ; mais bientôt, le vent soufflant de Norvège, la mer gela & fut comme un plancher. L’amiral en vit le spectacle.

Craignant alors que ceux d’Amſterdam ne vinſſent sur la glace pour brûler les navires, il manda aux soudards de préparer leurs patins, au cas qu’ils duſſent combattre au dehors & autour des navires, & aux canonniers de canons de fer & de fonte de placer les boulets par tas à côté des affûts, de charger les canons & de tenir sans ceſſe allumées les migraines, qui sont les lances à feu.

Mais ceux d’Amſterdam ne vinrent point.

Et ainſi pendant sept jours.

Vers le soir du huitième jour, Ulenſpiegel manda qu’un bon feſtin fût servi aux matelots & soudards, afin de leur faire une cuiraſſe contre l’aigre vent qui soufflait.

Mais Lamme dit :

— Il ne reſte plus rien que du biſcuit & de la petite bière.

— Vive le Gueux ! dirent-ils. Ce seront nopces de carême en attendant l’heure de bataille.

— Qui ne sonnera point bientôt, dit Lamme. Ceux d’Amſterdam viendront pour nous brûler nos navires, mais non cette nuit. Il leur faudra se réunir préalablement autour du feu, & boire là maintes chopes de vin cuit au sucre de Madère, — que Dieu vous en baille ; — puis ayant parlé juſques à la minuit avec patience, raiſon & chopines pleines, ils décideront qu’il y a lieu de décider demain s’ils nous attaqueront ou non la semaine qui vient. Demain, buvant de nouveau du vin cuit au sucre de Madère, — que Dieu vous en baille, — ils décideront derechef avec calme, patience & chopines pleines, qu’ils se doivent aſſembler un autre jour, aux fins de