Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/509

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Le duc de sang oſe, étant à Utrecht, y édicter un benoît placard, promettant entre autres dons gracieux : faim, mort, ruine aux habitants du Pays-Bas qui ne se voudraient soumettre. Tout ce qui eſt encore en son entier sera, dit-il, exterminé, & Sa Royale Majeſté fera habiter le pays par des étrangers. Mords, duc, mords ! La lime briſe la dent des vipères ; nous sommes limes. Vive le Gueux !

« D’Albe, le sang te saoûle ! Penſes-tu que nous craignions tes menaces ou que nous croyions à ta clémence ? Tes illuſtres régiments dont tu chantais les louanges dans l’entier monde, tes Invincibles, tes Tels-Guels, tes Immortels demeurèrent sept mois à canonner Haarlem, faible ville défendue par des bourgeois ; ils ont comme bonſhommes mortels danſé à l’air la danſe des mines qui éclatent. Des bourgeois les colletèrent de goudron ; ils finirent par vaincre glorieuſement, égorgeant les déſarmés. Entends-tu, bourreau, l’heure de Dieu qui sonne ?

« Haarlem a perdu ses vaillants défenſeurs, ses pierres suent du sang. Elle a perdu & dépenſé en son siége douze cent quatre-vingt mille florins. L’évêque y eſt réintégré ; il bénit d’une main leſte & la trogne joyeuſe les égliſes ; don Frédéric eſt préſent à ses bénédictions ; l’évêque lui lave les mains que Dieu voit rouges, & il communie sous les deux eſpèces, ce qui n’eſt point permis au pauvre populaire. Et les cloches sonnent, & le carillon jette dans l’air ses notes tranquilles, harmonieuſes : c’eſt comme un chant d’anges sur un cimetière. Œil pour œil ! Dent pour dent ! Vive le Gueux ! »


XX


Les Gueux étaient pour lors à Fleſſingue, où Nele prit les fièvres. Forcée de quitter le navire, elle fut logée chez Peeters, réformé, au Turven-Key.

Ulenſpiegel, bien dolent, fut joyeux toutefois, songeant qu’en ce lit où elle guérirait sans doute, les balles eſpagnoles ne la pourraient atteindre.

Et avec Lamme, il était sans ceſſe près d’elle, la soignant bien & l’aimant mieux. Et là ils deviſaient.

— Amé & féal, dit un jour Ulenſpiegel, sais-tu point la nouvelle ?

— Non, mon fils, dit Lamme.