Page:De Gaspé - Les anciens canadiens, 1863.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

diables partent comme des éclairs ; si bien qu’ils ne mettaient pas une minute à faire le tour de l’île. Mon pauvre défunt père était si embêté de tout ce vacarme, qu’il ne put retenir que trois couplets de cette belle danse ronde ; et les voici :


C’est notre terre d’Orléans (bis)
Qu’est le pays des beaux enfants,
Toure-loure ;
Dansons à l’entour
Toure-loure ;
Dansons à l’entour.

Venez-y tous en survenants (bis)
Sorciers, lézards, crapauds, serpents
Toure-loure ;
Dansons à l’entour
Toure-loure ;
Dansons à l’entour.

Venez-y tous en survenants (bis)
Impies, athées et mécréants
Toure-loure ;
Dansons à l’entour
Toure-loure ;
Dansons à l’entour.


Les sueurs abîmaient mon défunt père ; il n’était pas pourtant au plus creux de ses traverses.

Mais, ajouta José, j’ai faim de fumer ; et avec votre permission, mes messieurs, je vais battre le briquet.

— C’est juste, mon cher José, dit d’Haberville ; mais, moi, j’ai une autre faim. Il est quatre heures à mon estomac, heure de la collation du collége. Nous allons manger un morceau.

Jules, par privilége de race nobilaire, jouissait en tout temps d’un appétit vorace : excusable, d’ailleurs, ce jour-là, ayant dîné avant midi, et pris beaucoup d’exercice.