Page:De Lorris - De Meun - Le roman de la Rose, tome 5.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ROMAN DE LA ROSE

Lors remaint Nature en sa forge, 19440 Prent ses marteaus e fiert e forge Trestout ausinc come devant ; E Genius plus tost que vent Ses eles bat e plus n’atent. 19444 En l’ost s’en est venuz atant, Mais Faus Semblant n’i treuve pas Partiz s’en iert plus que le pas Des lors que la vieille fu prise 19448 Qui m’ouvri l’uis de la pourprise

19439 Ce L. remest N., Be N. remest e.; He Ensi remest celle e. - 19440 Ab Print ; Be Prist s. m. si f.; He Tous jours martielle tous jours f. – 1944[CeT.ensic.cSi comme elle faisoit d.; vers remplacé par 19442 dans Ca - 19442 He A G.: Bâ G. qui p.; Ca Se va de terre sous levant; He ajoute Quant deffublee ot se casuble Une reube dou siecle affuble - 19443 Ca Parmi l’air s’en vole batant; He b. que p. 19444 Ca Ce He i’o. en e.; Be v. batant 19445 Ca Eb ne t.; 19445-64 omis dans He - 19446 Bâ Fouïz s’ ; Ca Si s’e. vait p. tost q. - 19448 Ce Q. o.

Tome V. 1