Page:De Montreuil - Fleur des ondes, 1912.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

FLEUR DES ONDES


Considérations Générales sur la Politique de Champlain.




Les peuples civilisés, dans tous les pays du monde, quels que soient leurs mœurs, leurs coutumes ou leur langue, se sont toujours ressemblé par un vice commun : l’envie. Et lorsqu’un homme s’élève au-dessus de sa nature au point de se dévouer au bien public sans l’arrière pensée d’un bénéfice personnel, il porte évidemment en lui les signes d’une destinée providentielle.

Mais les êtres marqués pour l’accomplissement des grandes choses sont des personnages gigantesques qu’il faut contempler dans l’éloignement des siècles ; ils ont avec leurs contemporains des disproportions qui les font paraître redoutables ou extravagants. Pour comprendre les pensées géantes dont la portée s’étend au lointain avenir, il faut de la sagesse, parfois même du génie : et la sagesse et le génie ne fleurissent par profusément à toutes les époques.

Au commencement du dix-septième siècle, un