Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


se trouvait dans l’impossibilité de porter secours à son compagnon, un batelier arrive à force de rames.

Il se jette à la nage, plonge et parvient à repêcher notre malheureux peintre qui était sans connaissance.

Quelques minutes de plus, et le Chevalier Falardeau n’eût jamais copié le Saint-Jérôme du Corrége, ni accroché à sa boutonnière la croix de St. Louis, de Parme.

Il avait été plus de dix minutes au fond de la mer.

Quand il se réveilla de son évanouissement, il se trouva suspendu la tête en bas dans le bateau de son sauveur.