Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
6
LE CHEVALIER

Au milieu des blanches maisons, l’église avec ses deux grands clochers luisant au soleil ; — partout aux environs, un terrain onduleux semé çà et là de bouquets d’épinettes, d’érablières, de beaux grands ormes ; — des côteaux qui frissonnent sous les derniers rayons du soleil ; — des vallons, des ravines ouvrant leurs urnes pleines d’ombre ; — des festons de verdure qui dorment penchés au-dessus du fleuve ; — sur l’arrière-plan de belles crêtes bleues de montagnes ; — c’est la plus jolie paroisse de toute la côte du nord.

Quand le vapeur double le village du Cap-Santé, le soleil touche ordinairement l’horizon.