Page:De Rives - Le Chevalier Falardeau, 1862.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
10
LE CHEVALIER

époque, avait longtemps exercé le rude métier des armes.

Pendant une expédition au Détroit, il eut à souffrir de telles privations, que lui et ses compagnons furent réduits à manger les attaches de leurs souliers et le cuir de leurs raquettes.


Antoine-Sébastien manifesta, dès sa plus tendre enfance, une singulière vivacité d’intelligence et une très grande impressionnabilité.


À huit ans, on l’envoya à l’école où il fit toujours le désespoir de ses maîtres à cause de son humeur railleuse et de son instinct à toujours crayonner et barbouiller.