Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


e déchirer le voile qui cause leur illusion. étrange charité que celle qui sacrifieroit la société, l’ordre, la religion, à l’orgueil ombrageux de quelques individus pervertis ou aveuglés ! Ce n’est pas là l’exemple que Jésus-Christ nous a donné : il n’est point, il ne sera jamais de langage qui approche de la sévérité de ses paroles, lorsqu’il foudroyoit de son indignation divine les scribes et les pharisiens hypocrites, sépulcres blanchis, éclatants au dehors, et au dedans pleins de pourriture et d’ossements à demi consumés [1]. Et parce que vous le voyez, en d’autres circonstances, rempli de douceur et de miséricorde, n’allez pas vous imaginer qu’il se contredise. « On doit, dit saint Augustin, reprendre devant tous les fautes commises devant tous, et secrètement les fautes secrètes. distinguez les temps, et l’écriture s’accorde avec elle-même. » [2]

  1. Voyez le chap. xxxiii de l'Evangile selon Saint Matthieu.
  2. Ipsa corripienda sunt coram omnibus, quae peccantur coram omnibus: ipsa corripienda sunt secretius, quae peccantur secretius. distribuite tempora, et concordat scriptura. S. August. serm. 82, de verdis Ev. Matt. 18, tom. V, col. 444.