Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


montrer que les trois derniers articles, qui se réduisent à la supériorité du concile sur le pape, renversent également le principe fondamental de l’Eglise, l’Eglise elle-même, et sont, dans leur essence, opposés à ce qu’enseigne la foi sur son gouvernement.

Chapitre II. Examen de cette proposition : le concile est supérieur au pape.

Toute puissance dont les décrets ne sont pas irréformables a au-dessus d’elle une autre puissance qui peut les réformer. Donc, puisque les décrets du pape, selon le quatrième article, ne sont pas irréformables, il y a au-dessus du pape une autre puissance qui peut les réformer ; et cette puissance supérieure au pape, d’après la déclaration, est le concile, ainsi que l’exprime très clairement le deu